La prévention des cancers cutanés

Au fil du temps, plus la peau est claire et plus elle est exposée au soleil, et plus elle va présenter des petites lésions crouteuses, appelées dyskératoses, kératoses actiniques ou kératoses pré-cancéreuses.

 

La dyskératose est une petite croute assez rugueuse et compacte, parfois plus perceptible au toucher que visible, située sur le visage, le cou, les cuirs chevelus dégarnis ou le dos des mains, qui devient permanente et qui grandit. Certaines de ces dyskératoses peuvent dégénérer avec le temps, le plus souvent en carcinome épidermoïde, le saignotement régulier étant un signe d’alerte.
Le traitement systématique de ces lésions par cryothérapie permet d’éviter ce risque ; leur destruction à l’azote liquide est un geste pluriquotidien dans tous les cabinets de dermatologie. Le diagnostic avant traitement à l’azote doit toutefois être formel, car sauf cas particulier il est déconseillé de traiter un carcinome par cryothérapie. Une biopsie préalable peut parfois être nécessaire.

Le seul élément extérieur sur lequel nous pouvons intervenir est la prise de soleil, qu’il faut adapter selon son phototype et le degré d’ensoleillement. Plus la peau est claire, moins elle a eu l’occasion de déjà bronzer (début de saison estivale, voyage sous les tropiques en hiver), plus l’ensoleillement (indice UV) est élevé (altitude, réflection du soleil sur le sable et l’eau) plus il faudra protéger sa peau du soleil.

 

  • Dans la mesure du possible la protection vestimentaire par chapeau à bords larges (les casquettes ne protègent pas les oreilles, la nuque et le bout du nez) et T-Shirt reste la plus efficace.
  • Sur les zones découvertes, l’utilisation de crèmes “écran” solaire permettent de filtrer les UV, l’application doit être renouvelée toutes les 2 heures et après les baignades. Pour les peaux claires et très claires, ainsi que les phototypes intermédiaires en cas de fort ensoleillement, il est conseillé un indice de protection de 50+. Pour les autres il est toujours plus efficace de choisir un indice moins élevé répété toutes les 2 heures, qu’un très fort indice appliqué trop peu souvent.
  • Quelque soient les filtres solaires et leur indice de protection, ils sont dégradés progressivement et ne remplissent plus correctement leur rôle après 2 heures. Un écran solaire n’est en pratique réellement efficace qu’à partir d’un indice de 25-30.
    La raison incite à éviter les expositions solaires entre 12 et 16h.
     

Compte tenu des éléments vus dans la rubrique facteurs de risque, la photoprotection est tout particulièrement importante chez les enfants et adolescents, ainsi que chez les sujets travaillant en plein air.

 

Le message à délivrer aux parents inquiets de voir apparaitre des grains de beauté sur la peau de leurs enfants est : protégez vos enfants du soleil, cela réduira leur risque de faire plus tard des cancers cutanés, et surveillez votre peau, car c’est à votre âge (pas au leur) que l’on fait des cancers de la peau.